POM,POM,POM, POM....POM,POM,POM.

Du 12 au 15 Avril, la municipalité a organisé le 1er Festival de Théâtre. Le rideau vient de se refermer sur la plus grande fête de patronage de France.

Ne reculant devant aucun défi, Pascale Loiseleur, Marie-Christine Robert, et Isabelle Gorse Caillou, notamment, se sont mises en tête de réaliser (enfin) une de leurs promesses de campagne.

Ce premier Festival de théâtre se voulait volontairement intimiste et non conventionnel. Tant mieux, au moins les senlisiens  n’ont pas été déçus et en ont eu pour leur argent.

Non conventionnel : Cela n'a pas été trop difficile. Ce premier festival a été certainement le premier festival sans vraiment de public, où la municipalité a pu  se divertir "entre-soi" en invitant des artistes et des troupes à quelques représentations pendant ces 4 jours. Il faut croire que Pascale Loiseleur ne pouvait pas partir ce week-end d'après Pâques et qu’elle avait peur de s'ennuyer avec ses amies.

Coté, intimisme, là non plus, les senlisiens n’ont pas été déçu. Un peu de pop corn, deux hôtesses de l’air dont  les tenues rappelaient une compagnie Low- cost pour s’envoyer en l’air à moindre frais et un stewart , pour « animer » les rues.

Photo0120

Les quelques touristes qui se promenaient dans Senlis, grâce à l’efficacité du travail de Madame Gorse-Caillou en charge du développement touristique, ont bien du se demander ou ils avaient atterri.

Coté organisation, comme à l'habitude, la communication a été faite à l'économie, pour ce festival low cost également. Des flyers, quelques banderoles, dès lors à défaut de promouvoir les troupes de théâtre alternatifs comme au bon vieux temps des MJC,  ce festival, puisqu'il faut l’appeler ainsi, a permis de mettre en lumière les associations de théâtre senlisiennes dont les membres de talent  ont sauvé les meubles lors de ces différentes représentations qui ont rencontré un succès d’estime dont la résonance en dehors de notre ville nous place encore à une distance respectable du festival d’Avignon. Sans être réellement un échec, ce festival est très loin des ambitions affichées par leurs organisateurs.
 
Préalablement, la ville avait sollicité les commerçants et entreprises. Tient, même David Smith de notre compagnie aérienne nationale avait du être sollicité. C'est probablement lui qui a eu l'idée du "Catering" comme s'il n'existait pas des expressions comme "collation" ou  "plateau repas". Senlis Alternative, ce n'est pas la Comédie Française.

lettre

Comme dans toutes les grandes fêtes de patronages, toute la communauté avait  mise à contribution. Ainsi,il avait été demandé à certains de faire des gâteaux (si, si c'est vrai), voire des orangeades ?

Enfin pour ne pas louper cet évènement, qui marquera les mémoires pendant de nombreuses années, nos amis les scouts, toujours prêts à rendre service étaient aussi de la partie. Flashmob, concours de fusée à eau, il ne manquait plus que le concours de noeuds marins, une grande bataille de "feuille, ciseau,pierre" et une soirée feu de camp pour terminer en apothéose ce festival de tous les superlatifs.

Même les quartiers ont été de la partie comme le montre cette photo souvenir de Bon secours.

Arrêtons une bonne fois pour toute de penser que les personnes vivant dans les quartiers de Senlis sont des personnes incultes et (pauvres aussi) d'esprit. Ainsi plutot que d'organiser une animation un peu cheap, le plus simple aurait été de rendre gratuit ce festival si la municipalité avait voulu rendre de festival accessible à tous. Les personnes vivant dans les quartiers ne font pas l'aumone de la culture.


Photo0123

A la réflexion, ce festival était bien non-conventionnel. Ce n'est pas faux. Même Guignol était de la partie, en programme pour les enfant mais aussi en tant qu'organisateur de ce festival. En effet, Senlis a bien été  le théâtre du premier festival organisé aussi par des guignols.
L’an prochain, ne perdez pas de temps, organisez donc un festival du rire....

lfds