A y regarder de plus près il y avait quelques similitudes entre les élections municipales de 2011 et les élections présidentielles de 2012.

A première vue la comparaison est osée et on imagine déjà facilement quelques lecteurs se dire "Mais pour qui se prennent-ils" mais regardons cela dans le détail.

Bien entendu, ni le gouvernement, ni le parlement n'ont demandé la démission de N Sarkozy ou d'Eric Woerth malgré l'affaire Bettencourt. Nos ministres ont eu un peu plus de sens des valeurs ou de couenne que nos desperate housewives et des dissidents de tout poil et plus d'allure que la gauche Senlisienne ou de ce qui tient de représentants et responsables de l'UMP sur Senlis.

Ces élections présidentielles tiennent de la tragi-comédie senlisienne.

Les acteurs :

D'un coté l'élu sortant, qui après avoir soulevé beaucoup d'espoir, s'est retrouvé isolé de beaucoup de ses soutiens malgré un bilan de son action globalement positif. Aimé ou haï, il ne laisse personne indifférent.

De l'autre dans les deux cas un prétendant qui ne savait pas un an avant qu'il serait candidat. Bénéficiant de concours de circonstances qui pourraient les faire rentrer au livre des records des candidats les plus chanceux, ils bénéficient tous deux de la défection des favoris.

Leurs programmes se ressemblent en tout point. Basé sur la moralisation de la vie politique et sur des valeurs, en réalité il n'y a que du vent et des promesses de lendemain qui chanteront. Quand Flamby s'inspire de la fée clochette.

La campagne : Là aussi les campagnes se sont ressemblées, dures,  tous contre un seul homme dont certain n'avait qu'un seul programme, virer l'élu sortant, le nihilisme absolu de la politique. Une presse sans concession, manquant parfois de partialité et toujours à la limite de crier ou d'exciter les loups. Il ne fallait pas être dans l'ambulance quand les tireurs étaient en embuscades.

Et enfin, le point d'orgue, la trahison de la grenouille qui se croyait plus grosse que le bœuf. Fort d'un score trop faible pour exister, ils n'ont pas d'autres solutions pour faire parler d'eux alors qu'ils ne représentent finalement pas grand chose.  A chacun son François-Bernard Zanbayrouzi, qui trahi sa famille "en son âme et conscience", cette dernière locution permettant à son auteur de laver sa bonne conscience et de s'absoudre de sa trahison et de ses renoncements, en toute sérénité....

Le résultat est là, à défaut d'apprécier l'alternative senlisienne, pour le futur de notre pays L'ALTERNANCE C'EST MAINTENANT.

Un candidat élu sur le rejet du sortant et non sur sa personne ou son programme.....

Voici les résultats sur SENLIS et quelques photos souvenir.

Senlis reste de plus en plus un village gaulois isolé du monde.

A tout seigneur tout honneur

 

Photo0197

JM MARIANI, notre élu socialiste de droite (le négatif de notre François  Bayrou de Senlis en quelque sorte) en pleine réunion stratégique avec J Bascher pour préparer les législatives

bascherlariani

 

Et enfin LES RESULTATS!!!

Il parait que Nicolas Sarkozy pourrait demander l'asile politique à Pascale Loiseleur, tandis qu'Eric Woerth aurait téléphoné à Liliane B pour lui dire "liliane, faites vos valises, vous devriez partir en Suisse"

résultats Senlis

lfds